De quoi parle le site internet Nora

Ton droit de choisir toi-même et tes droits en Norvège

Que les parents posent des limites à leurs enfants est tout naturel et un signe d'affection. En même temps, il est naturel de laisser aux enfants plus de possibilités de faire leurs propres choix à mesure qu'ils grandissent.

Des enfants et des adolescents n'ont pas la permission de pratiquer des activités de loisirs ou de prendre eux-mêmes des décisions importantes. Parfois, ils trouvent qu'on contrôle trop ce qu'ils font et les personnes avec qui ils parlent. Certains jeunes subissent des violences ou des menaces s'ils ne suivent pas la volonté de leur famille. Pour d'autres, ce n'est pas leur famille qui exerce de telles pressions ou fait des commentaires, mais leurs amis ou d'autres personnes issues de leur culture d'origine.

Lors de choix importants, par exemple ceux qui concernent les études ou le mariage, il est essentiel que ce soit toi-même qui décides. En Norvège, ceci est inscrit dans la loi. La loi norvégienne relative aux enfants (barneloven) est influencée par la Convention relative aux droits de l'enfant de l'ONU. Cette convention stipule que les enfants ont des droits, comme le droit à une vie digne, indépendamment de qui ils sont et d'où ils se trouvent.

Les lois concernant les enfants en Norvège

Voici quelques exemples de lois :

  • À partir de 15 ans, les enfants sont libres de choisir leurs études et de rejoindre ou de quitter des associations.
  • L'âge légal du mariage est de 18 ans en Norvège, et il est interdit de forcer une personne à se marier.
  • L'âge légal en matière de santé en Norvège est de 16 ans. Dès 16 ans, tu peux aller seul(e) chez le médecin ou à l'hôpital et parler de ce que tu veux – sans que personne d'autre ne le sache.
  • À partir de 12 ans, on doit te demander si tu souhaites accompagner ta famille si celle-ci part à l'étranger.
  • Toute forme d'excision des filles est rigoureusement interdite.
  • Les services publics norvégiens n'ont plus le droit de demander aux enfants de servir d’interprète. Si toi ou tes parents avez un rendez-vous avec un service public norvégien, ce service doit vous trouver un interprète si vous en avez besoin.

La Convention internationale relative aux droits de l'enfant de l'ONU

Voici quelques exemples de lois :

  • L'état est responsable de faire respecter les droits de tous les enfants.
  • Les adultes doivent agir dans le meilleur intérêt des enfants.
  • Chaque enfant a le droit d'avoir et d'affirmer sa propre identité.
  • Chaque enfant a le droit d'exprimer ses opinions et d'avoir une influence sur les décisions qui le concernent.
  • Chaque enfant a le droit d'avoir une vie privée.
  • Chaque enfant a le droit d'être protégé contre la violence et les abus physiques et psychologiques.
  • Chaque enfant a le droit d'aller à l'école et de suivre une formation.
  • Chaque enfant doit être protégé contre l'exploitation et les abus sexuels.
  • Chaque enfant qui a vécu une expérience difficile ou préjudiciable, a le droit d'être aidé.

Si tu es en conflit avec ta famille

Pour les parents, élever un enfant dans un pays autre que celui où ils ont grandi peut être particulièrement difficile. Certains d'entre eux réagissent en renforçant le contrôle qu'ils peuvent avoir sur la vie de leur enfant. Parfois, ce contrôle est exercé avec l'aide des frères et sœurs de l'enfant.

Ta famille ou ton entourage peuvent s'inquiéter de ce que les gens vont dire d'eux si tu choisis de faire autre chose que ce qu'eux-mêmes souhaitent. Une telle situation peut être très éprouvante si tu n'as personne pour te soutenir. Tu peux te sentir tiraillé(e) entre ton désir d'indépendance et celui d'avoir une bonne relation avec ta famille.

Pour certaines familles, le fait de parler avec d'autres adultes de même origine qui vivent en Norvège depuis plus longtemps aide à résoudre les conflits. D'autres choisissent l'aide proposée dans des cours de soutien pour les parents, par le service de conseil aux familles (familievernkontoret), le service de protection de l'enfance (barnevernet), des médiateurs (konfliktmeglere) ou une personne compétente représentant une ONG.

Si tu es en conflit avec ta famille, plusieurs solutions s'offrent à toi. Si tu es jeune, parler d'abord avec un adulte de confiance est souvent une bonne idée. Par exemple, tu pourras aller voir un conseiller des minorités.

Le conseiller des minorités (minoritetsrådgiver)

Les conseillers des minorités travaillent dans certains collèges et lycées en Norvège. Ces conseillers travaillent pour assurer les droits des enfants et des adolescents en conseillant les jeunes vulnérables. Ils aident aussi des personnes vulnérables de plus de 18 ans.

Les conseillers sont là pour toi si tu trouves que tes droits ne sont pas respectés et qu'on veut te pousser à faire des choses contre ta volonté. Il peut par exemple s'agir de choix d'études ou du choix de ton futur époux ou de ta future épouse. Les enfants et les adolescents qui ont peur d'être envoyés à l'étranger contre leur gré peuvent également rencontrer le conseiller des minorités.

Si tu as des difficultés à te mettre d'accord avec ta famille, ils peuvent te donner des conseils pour mieux communiquer avec elle. Les conseillers des minorités savent aussi ce que grandir entre plusieurs cultures et fuir son pays (migrer) signifient.

Les conseillers des minorités sont tenus au secret professionnel et n'ont pas le droit de parler de toi à quelqu'un d'autre sans ton accord. Beaucoup de jeunes hésitent à parler de difficultés familiales avec d'autres adultes. Avec le conseiller des minorités, vous pouvez prendre le temps d'apprendre à vous connaître. C'est toi qui décides de ce que tu veux lui raconter et des conseils que tu choisiras de suivre.

Dans quelques cas très rares, le conseiller sera obligé de contacter d'autres personnes qui pourront assurer ta sécurité. Cela peut arriver s'il ou elle apprend que ta vie et ta santé sont en danger immédiat. Dans les cas où le conseiller devrait contacter d'autres personnes qui pourraient t'aider, il ou elle t'avertira toujours à l'avance.

Si tu veux trouver ton conseiller des minorités le plus proche, tu peux demander à un employé de ton école ou consulter cette liste.

D'autres endroits où tu peux trouver de l'aide

De nombreuses personnes peuvent t'aider, en voici quelques-unes :

  • L'infirmier ou infirmière scolaire (helsesykepleier): il ou elle est tenu(e) au secret professionnel, et tu peux par exemple lui parler de problèmes de santé, des règles (menstruations), de troubles du sommeil, de difficultés familiales, de la sexualité, de l'orientation sexuelle et de problèmes physiques ou mentaux à la suite d'une excision.
  • Ton médecin traitant: il ou elle est tenu(e) au secret professionnel. Tu peux lui parler de problèmes de santé, par exemple de problèmes physiques ou mentaux à la suite d'une excision, de difficultés familiales, de la sexualité et de l'orientation sexuelle.
  • Ton instituteur, institutrice ou professeur: il ou elle est tenu(e) au secret professionnel. C'est une personne de confiance que tu vois tous les jours. Il ou elle peut t'aider à trouver quelqu'un avec qui tu peux continuer à parler. Tu peux aussi parler avec d'autres employés de ton école, comme les conseillers scolaires (rådgivere) ou les travailleurs sociaux (miljøarbeider - des personnes qui travaillent pour améliorer le climat scolaire et le bien-être des élèves à l'école).
  • Le service de protection de l'enfance (barnevern): Ce service doit apporter un soutien aux enfants, aux jeunes de moins de 18 ans et aux familles en cas de difficultés familiales. C'est le parent qui est responsable du soin de ses enfants. Mais si les parents ont du mal à assurer ces soins, le service de protection de l'enfance doit apporter son aide pour assurer à l'enfant des soins, sa sécurité et un potentiel de développement.
  • Les refuges pour personnes battues (krisesenter): Ce sont des lieux sûrs où tu peux venir vivre si tu as plus de 18 ans et que tu as besoin de protection contre des violences. Tu peux trouver ton refuge le plus proche ici.

Les sites Internet en différentes langues

Le nombre de langues représentées varie selon les sites.

  1. Si tu subis le contrôle de ton entourage et des violences, tu peux trouver plus de conseils ici.
  2. Voici un site qui peut t'être utile si tu es réfugié(e) ou immigré(e) en Norvège et que tu es troublé(e) par des pensées difficiles (envahissantes) ou des troubles du sommeil. SteadyEnglish | sosialarbeidere
  3. Des informations sur les soins de santé pour t'aider en cas de mutilation génitale ici.
  4. Voici un guide en plusieurs langues pour les parents qui élèvent des enfants entre plusieurs cultures.
  5. Voici le site d'une organisation qui aide les immigrés et les réfugiés à répondre à toutes sortes de questions allant des demandes de séjour aux conflits familiaux.
  6. Si tu as des questions concernant ton orientation sexuelle, voici le site Internet d'une organisation qui travaille sur ce sujet.

Numéros de téléphone importants

  • Numéro d'appel d'urgence (quand la vie et la santé d'une personne sont en danger immédiat) : 113
  • Police : 112 en cas d'urgence et 02800 pour les incidents moins graves.
  • Urgences médicales (legevakt) : 116 117
    Ceci est un numéro national qui te connecte automatiquement à ton service d'urgences le plus proche.
  • La ligne d'assistance aux enfants et adolescents (Alarmtelefonen for barn og unge) : 116 123
  • Mental helse (association pour la santé mentale) : 116 111
  • La ligne VO : 116 006
    Ceci est un numéro d'assistance en ligne pour signaler les violences et les abus familiaux.
  • Kirkens SOS (ligne d'assistance téléphonique de crise) : 22 40 00 40 
  • Automutilation/risque de suicide : 81 53 33 00  est une ligne d'écoute ouverte 24 heures sur 24
  • La ligne d'assistance de la Croix-Rouge sur le mariage forcé et la mutilation génitale : 815 55

As-tu des questions ou des suggestions pour ce site ?

Les créateurs de ce site travaillent également avec des jeunes. Ils aimeraient savoir ce que tu penses de ce que tu lis sur Nora et sur quels sujets tu aimerais en savoir plus. Envoie-leur volontiers un e-mail à l'adresse : nora@imdi.no.

Ta meg vekk!